Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2011

LES ACTIONS INTERNES AU GROUPE TELECOMMANDE EXPRESS DURANT LA SERD

Le groupe Télécommande Express et la SERD

Pendant la Semaine Européenne de Réduction des Déchets, les salariés du groupe Télécommande Express se sont mobilisés autour d'éco-actions internes à l'entreprise :

  • icone14.pngMise à disposition d’une fontaine d'eau : environ 25 litres d'eau consommés à la fontaine, soit 25 bouteilles d’eau minérale économisées sur la semaine.
  • Mise à disposition d’une machine à café permettant d'utiliser des tasses plutôt que des gobelets : 32 gobelets en plastique économisés sur la semaine.
  • Adoption de fournitures durables dans la vie quotidienne de l’entreprise

 

 

La démarche Spareka et la réparation


Spareka a pour vocation d’être un site internet permettant aux consommateurs rencontrant une panne d’un de leurs appareils électroménagers de l’identifier, d’acheter les pièces détachées nécessaires à la réparation et de trouver une aide à cette manipulation. Cependant, notre service ne se veut pas seulement un service d’aide à la réparation, mais bien un service de rallongement de la durée de vie des appareils ménagers, permettant à la fois de réaliser des économies de par la réparation autonome, mais aussi de proposer une démarche durable de l’utilisation des produits électriques et électroniques.


Pour cela, nous avons pour projet de proposer pour chaque catégorie de produits une évaluation comparative des impacts environnementaux  d’un appareil réparé par rapport à un ancien appareil remplacé par un produit neuf, même a priori plus efficient énergétiquement, permettant de souligner l’avantage écologique du procédé de la réparation par rapport au simple rachat d’un appareil. La démarche de Spareka s’ancre donc dans une problématique éco-citoyenne de prévention des déchets, avec la volonté de démocratiser la réparation pour contrer le phénomène de renouvellement systématique des Equipements Electriques et Electroniques dans un contexte d’obsolescence programmée et de surconsommation.

 

En outre, nous envisageons à long terme d’accompagner la fin de vie des appareils lorsque la réparation est impossible, en communiquant non seulement à propos des distributeurs communiquant sur l’efficience énergétique de leurs appareils (ou des moteurs de recherche comme guidetopten.fr), mais aussi à propos de filières de valorisation ou de recyclage des Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques, pour accompagner le consommateur depuis la panne jusqu’à la situation finale de l’appareil en question. Cet engagement dépassera le seul cadre de la SERD, pour une prévention des déchets pérenne et efficace.

serd,semaine européenne,réduction des déchets,ademe,spareka,télécommande express,mobilisation,prévention,action,réparation,appareil,électroménager,amortissement,économique,do it yourself,diy,économie


12:46 | Lien permanent

24/11/2011

LA RÉPARATION, UNE DÉMARCHE ÉCOLOGIQUE ET ECONOMIQUE

La réparation, une bonne affaire pour les consommateurs


Malgré les 2,96 millions d’appareils susceptibles d’être systématiquement jetés chaque année sans que nous ayons cherché à les réparer, les Français se disent prêts à faire réparer leurs appareils si la réparation coûte moins du tiers du prix du produit neuf [1]. Or, le ratio du coût moyen de la réparation des appareils [2] par rapport au prix moyen de l’achat d’un appareil non énergivore [3] ne dépasse pas les 30% pour un réfrigérateur, un lave-vaisselle, un lave-linge et un sèche-linge. Et même, on peut estimer que l’économie immédiate moyenne réalisable par le choix de la réparation plutôt que d’un achat va de 310 € pour un four encastrable à 537 € pour un sèche-linge.

  

Les avantages de la réparation Do It Yourself

Mais le principal frein à la réparation reste le prix de l’expertise d’un professionnel. S’il est naturel de penser à changer une ampoule de réfrigérateur ou le panier à couverts de notre lave-vaisselle, bien souvent les pannes qui nous paraissent plus complexes sont un prétexte idéal pour un achat de renouvellement, parce que nous connaissons mal le coût des pièces détachées, et parce que celui du diagnostic et de la réparation par un professionnel peut vite s’avérer excessif.

serd,semaine européenne,réduction des déchets,ademe,spareka,télécommande express,mobilisation,prévention,action,réparation,appareil,électroménager,amortissement,économique,do it yourself,diy,économie

D’ailleurs,  l’échange sous garantie [1] est bien souvent préféré à la réparation, y compris par les distributeurs et les fabricants, puisque la réparation peut se révéler chère du fait du coût de la main d’œuvre, mais aussi de la disponibilité et du prix des pièces détachées nécessaires.



Qui plus est,
l’offre de la réparation diminue. Le nombre d’entreprises de réparation a diminué de 21% entre 2006 et 2009. En particulier, le nombre d’emplois du secteur des produits blancs (Gros Electroménager) a diminué de près de 30 % et celui des produits bruns (Electroménager de loisir) de 16 % [4].

Pour contrer ce manque d’offre, les adeptes du Do It Yourself (DIY) se font de plus en plus nombreux, avec pour mot d’ordre non seulement l’économie du coût de la main d’œuvre, mais aussi la satisfaction de contrôler toutes les étapes de la réparation ainsi que les matériaux utilisés, et le sentiment d’accomplissement du bricoleur à succès.


Et les exemples d’économies ne manquent pas. Il est possible de réparer des pannes courantes de façon économique et autonome grâce à des tutoriaux adaptés et des pièces détachées disponibles. En effet, il est possible de changer l’électrovanne d’un lave-linge ou d’un lave-vaisselle à partir de 10€, ou encore de changer la résistance chauffante d’un  réfrigérateur à partir d’une trentaine d’euros, tandis que le prix moyen des réparations par un professionnel sur ces appareils atteint 170€ [2]. En moyenne, la réparation Do It Yourself fait économiser 108 € au consommateur par rapport à une réparation faite par un professionnel.




[1]  Etude réalisée pour le compte de l’ADEME par ERNST&YOUNG « Panorama de l’offre de réparation en France » (Juillet 2007)

[2]  Etude de l’UFC Que Choisir sur la fiabilité des appareils électroménagers (hors congélateur et micro-ondes)

[3]  Prix moyen de l’achat d’un appareil non énergivore conseillé par guidetopten.fr ou canal-energie.com, sauf sèche-linge : enquête de l’UFC Que Choisir « Economie d’énergie des appareils électroménagers : pourquoi payer plus pour consommer moins ? »

[4] Etude réalisée pour le compte de l’ADEME par ERNST&YOUNG « Panorama de l’offre de réparation en France » (Juillet 2007) (hors réparation automobile et plomberie/chauffage)

10:05 | Lien permanent

23/11/2011

LA RÉPARATION DES APPAREILS ÉLECTROMÉNAGERS, UNE PROBLÉMATIQUE ECO-CITOYENNE ACTUELLE

Soutenir la réparation : un engagement global


La  réparation est considérée comme un acte éco-citoyen par 83% des Français [1]. D’ailleurs, cette problématique dépasse la seule Semaine Européenne de Réduction des Déchets, et correspond bien à un effort global. Ainsi, le Plan National de la Prévention de la production de déchets mis en place depuis 2004 par le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable stipule que « des pratiques éco responsables à domicile sont à encourager, telles que la réutilisation, la réparation […] ».

Au niveau européen, l’article 11 de la directive du 19/11/2008 relative aux déchets précise qu’il est nécessaire que « les États membres prennent les mesures nécessaires pour promouvoir le réemploi des produits et les activités de préparation en vue du réemploi, notamment en encourageant la mise en place et le soutien de réseaux de réemploi et de réparation, l'utilisation d'instruments économiques, de critères d'attribution de marchés, d'objectifs quantitatifs ou d'autres mesures».

 

L’Electroménager : un secteur producteur de déchets importants


En effet, la production annuelle moyenne de Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques est de 16 à 20 kg par Français [2]. Qui plus est, le pourcentage de DEEE au poids par appareil est plus élevé pour les appareils de Gros Electroménager (un taux de 70% pour les produits blancs) [3]. Le secteur du Gros Electroménager est donc un important producteur de déchets nocifs pour l’environnement, alors que les achats d’EEE de renouvellement ne sont pas toujours justifiés.

SERD, Semaine Européenne, Réduction des Déchets, ADEME, Spareka, Télécommande Express, mobilisation, prévention, action, réparation, appareil, électroménagerQui plus est, on considère qu’en Europe, une tonne de déchets municipaux correspond en amont à la production de cent tonnes de ressources naturelles [4]Réparer, c’est donc mieux utiliser, pour amortir les coûts environnementaux d’un appareil sur une durée de vie plus longue. Réparer,  c’est contrer la surconsommation frénétique qui nous fait générer plus de déchets et épuiser plus de ressources naturelles que nécessaire.

En outre, le traitement des DEEE est controversé. En effet, en 2008, 70% des DEEE français ont fini incinérés, enfouis ou traités dans des filières informelles de démantèlement et de recyclage rudimentaire des métaux précieux dans des pays en voie de développement [2], une fin de vie néfaste pour l’environnement qui aurait pu être évitée soit par une réparation, soit par une orientation vers des organismes de revalorisation et de recyclage de ces déchets au traitement particulier. Ainsi, nous avons intérêt non seulement à tout mettre en place pour permettre une réparation simple et efficace de nos appareils, mais aussi à ne pas négliger les options de fin de vie de nos appareils, et les opportunités d’efficience énergétique de nos futurs appareils de remplacement.



[1] Etude réalisée pour le compte de l’ADEME par ERNST&YOUNG « Panorama de l’offre de réparation en France » (Juillet 2007)

[2] Etude des Amis de la Terre et du CNIID : « L’obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage – Le cas des produits électriques et électroniques » (Septembre 2010)

[3] Strange, Preliminary Document/First European Waste Forum ((Session 4 : WEEE), Bruxelles, 11/1997

[4] ADEME : Economiser les ressources de la planète, juin 2010

10:00 | Lien permanent

22/11/2011

PANNES RÉCURRENTES ET OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE : QUAND LA RÉPARATION DEVIENT UN ENGAGEMENT ECO-CITOYEN

8 millions de pannes en moyenne par an


Aujourd’hui, 99,8% des plus de 26 millions de ménages français possèdent un réfrigérateur [1]. En considérant les autres taux d’équipement [2], on estime le nombre minimum d’appareils électroménagers utilisés en France à plus de 139 millions.


Or, nos Equipements Electriques et Electroniques ne sont pas immortels : le taux de panne moyen sur cinq ans de ces appareils [3] est de 43%. On estime plus précisément le nombre d’appareils de Gros Electroménager (réfrigérateurs, lave-linges, lave-vaisselles, fours) susceptibles de tomber en panne durant les cinq premières années d’utilisation à près de 40 millions, soit en moyenne au moins 8 millions d’appareils en panne par an. La panne est donc un phénomène courant, alors même que la réparation n’est pas toujours considérée comme une alternative à l’achat de renouvellement.

 

Réparer et lutter contre l’obsolescence programmée


Qui plus est, de nombreuses associations [4] ont mis en garde contre l’obsolescence programmée qui tend à réduire encore plus la durée de vie des Equipements Electriques et Electroniques. En effet, l’obsolescence programmée est définie comme le raccourcissement de la durée de vie de l’appareil pensée dès la conception du produit (batteries que l’on ne peut pas changer, appareils moulés et donc irréparables, …). Elle est accusée d’être utilisée par les producteurs pour résoudre les problèmes de surproduction et favoriser le phénomène de renouvellement des biens dans un marché bouché. Plus simplement, bien souvent les possibilités de réparation ne sont pas comprises dans les phases de conception des produits, encourageant plus encore le remplacement plutôt que la réparation.


Pourtant, suite à ces 8 millions de pannes annuelles, 63 % [5] des Français déclarent faire réparer ou réparer souvent ou toujours leurs appareils plutôt que d’en racheter. Ce qui veut dire que parmi les 8 millions d’appareils susceptibles de tomber en panne par an, 2,96 millions d’appareils sont tout de même susceptibles d’être systématiquement jetés chaque année sans que nous ayons cherché à les réparer. C’est pour ces 2,96 millions d’appareils de particuliers en panne chaque année que Spareka développe son offre de service de rallongement de la durée de vie des appareils électroménagers par un accompagnement du consommateur tout au long du processus de la réparation.


SERD, Semaine Européenne, Réduction des Déchets, ADEME, Spareka, Télécommande Express, mobilisation, prévention, action, réparation, électroménager, appareils



[1]  Données INED 2008

[2]  Données INSEE 2006 et 2008 (lave-linge, sèche-linge, congélateur, appareils de cuisson, four à micro-ondes et lave-vaisselle)

[3]  Etude de l’UFC Que Choisir sur la fiabilité des appareils électroménagers (hors congélateur et micro-ondes)

[4] Etude des Amis de la Terre et du CNIID : « L’obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage – Le cas des produits électriques et électroniques » (Septembre 2010)

[5]  Etude réalisée pour le compte de l’ADEME par ERNST&YOUNG « Panorama de l’offre de réparation en France » (Juillet 2007)



10:00 | Lien permanent

21/11/2011

LE GROUPE TÉLÉCOMMANDE EXPRESS SE MOBILISE POUR LA SERD

Cette année, Télécommande Express se mobilise pour la 3ème édition de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets, du 19 au 27 novembre 2011

Cet événement, coordonné par l’ADEME, permet de sensibiliser le plus grand nombre à la nécessité de réduire la quantité de déchets produite en France et de donner des clés pour agir au quotidien. 

SERD, Semaine Européenne, Réduction des Déchets, ADEME, Spareka, Télécommande Express, mobilisation, prévention, action

 

Qu’est-ce que la réduction ou la prévention des déchets ?


serd,semaine européenne,réduction des déchets,ademe,spareka,télécommande express,mobilisation,prévention,action,réparation,appareil,électroménagerC’est l'intervention en amont de l’apparition du déchet. La prévention (ou la réduction) des déchets concerne l'ensemble des mesures prises pour éviter qu'une substance, une matière ou un produit ne devienne un déchet. Ces mesures visent à réduire la quantité de déchets produits, y compris par l'intermédiaire du réemploi ou de la prolongation de la durée de vie des produits et réduire leur nocivité sur l'environnement et la santé humaine.

  

Le groupe Télécommande Express et la prévention des déchets


Tout au long de la semaine, le groupe Télécommande Express et ses salariés se mobiliseront autour d'éco-actions internes à l'entreprise. En outre, la société Télécommande Express élargit son activité et lancera fin novembre Spareka, site internet de vente de pièces détachées et de service d’aide à la réparation des appareils électroménagers.

Ainsi, pour préparer ce lancement et expliquer la démarche Spareka, vous retrouverez sur ce blog des informations concernant les avantages environnementaux et économiques de la réparation, au cœur même d’une réflexion autour de la prévention des déchets.

Nos actions durant cette semaine se feront autour de trois thèmes établis par l'ADEME dans le programme de cette Semaine Européenne de Réduction des Déchets :

  • Trop de déchets : faire prendre conscience de l’importance de notre production de déchets et de son impact environnemental et économique.
  • Mieux consommer : prendre en compte l’impact des achats internes du groupe Télécommande Express sur la production de déchets.
  • Prolonger la durée de vie des produits : mettre l’accent sur les moyens permettant de décaler dans le temps l’achat d’un produit neuf, et notamment sur la réparation, au cœur de la démarche de Spareka


Semaine Européenne de la Réduction des Déchets... par ADEME





12:22 | Lien permanent